Interview d’Éric, réalisée sur le site de Saint-Astier le jeudi 22 novembre 2018
Plus d’informations sur le stage au SNEFG de Saint-Astier

Profil : 44 ans, Gendarme, officier chef d’escadron – une dizaine de séjours effectués à Saint-Astier (le dernier en 2006).

Quelles sont vos premières impressions sur cette édition 2018 ?

Je suis satisfait que l’école ait obtenu ce partenariat avec le CNEFG (Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie). Il y a plusieurs points intéressants dans ce stage comme le fait de placer le groupe dans une intelligence collective, de pousser les gens à se mettre « dans le rouge » et à se transcender.  C’est un bon modèle de team building et le sens pédagogique des instructeurs est vraiment poussé. Certains de mes camarades sont probablement venus à reculons mais ils vont se révéler et apprendre à mieux se connaître.

Qu’avez-vous apprécié pendant le stage ? (modules, activités, contexte, etc.)

J’ai trouvé les parcours extérieurs bien adaptés. Le niveau de difficulté est géré de façon à ce que chacun y trouve son compte. Les conférences, notamment celles sur les menaces actuelles sont percutantes et bien structurées. Ce sont des données importantes dans le monde dans lequel nous évoluons. Je suis agréablement surpris de voir que nous (les militaires de métier) nous retrouvions autour de valeurs communes aves des jeunes n’ayant pas connu le service militaire. C’est la puissance de ce groupe.

Qu’est-ce qui vous a déplu ou que vous aimeriez améliorer pour les prochaines sessions ?

C’est certainement dû à une contrainte budgétaire mais j’ai trouvé qu’il manquait d’instructeurs pour encadrer certains modules. Les parcours de groupes auraient également pu être plus poussés mais je pense que le centre nous a proposé des solutions alternatives adaptées. S’agissant des conditions de logements, elles sont en corrélation avec l’effet recherché pour sortir les stagiaires de leur zone de confort.

Selon vous, le stage a-t-il renforcé la cohésion du groupe ?

Je suis vraiment satisfait de la cohésion du groupe. Le module « coaching » de Serge Pinatel sur ce sujet était pertinent. Vivre ensemble permet de rapprocher les générations. Le fait que les 6 militaires du groupe se soient volontairement mis en retrait pour laisser suffisamment de place aux autres élèves est également une bonne chose.

Suite au stage, votre regard sur votre métier a-t-il évolué ?

Notre métier est en constante évolution. Il faut sans cesse trouver de nouvelles façons de répondre aux besoins. Je suis content de voir que le centre de Saint-Astier continue d’être en phase avec l’actualité et à la pointe des sujets épineux. Il a su faire évoluer ses techniques pédagogiques vers un discours moins doctrinal pour s’adapter aux novices. A travers ce séjour d’initiation, le CNEFG offre une belle image de l’institution.