Interview de Prescillia, réalisée sur le site de Saint-Astier le jeudi 22 novembre 2018
Plus d’informations sur le stage au SNEFG de Saint-Astier

Profil : 25 ans, master relations internationales. Pas de formation militaire.

Quelles sont vos premières impressions sur Saint-Astier ?

Au départ, j’avais un peu d’appréhension par rapport à ce qui allait être demandé mais pour le moment, je n’ai pas trouvé le stage si difficile. J’aurai pensé que ce serait plus compliqué. Je comprends maintenant que ce stage n’était pas fait pour nous pousser dans nos retranchements. Son objectif était avant tout que collectivement (donc avec les forces et faiblesses de chacun) nous avancions le plus loin possible.

J’ai acquis une perception accrue du métier de gendarme, des conflits et des difficultés qu’ils rencontrent. Du besoin de cohésion qui en découle.

Qu’avez-vous apprécié pendant le stage ? (modules, activités, contexte, etc.)

J’ai particulièrement apprécié l’esprit « bon enfant » de la promotion, la mise en condition (dortoirs, treillis) et le sentiment de dépassement de soi grâce au collectif. Par exemple, je suis claustrophobe et le module incluant le parcours évasion m’a permis, avec le soutien de mes camarades, de dépasser mes peurs.

Qu’est-ce qui vous a déplu ou que vous aimeriez améliorer pour les prochaines sessions ?

J’aurai souhaité plus de variété dans les modules et plus de difficulté pour voir jusqu’où la force du collectif pouvait nous emmener.

Selon vous, le stage a-t-il renforcé la cohésion du groupe ?

Bien que nous nous connaissions depuis plus de 2 mois maintenant, je pense effectivement que le stage a permis de gagner en cohésion. Les groupes ont été mélangés, au cours des différents modules, ce qui a permis plus de mixité.

Suite au stage, votre regard sur la Gendarmerie a-t-il évolué ?

Mon regard sur le métier de gendarme a évolué. Je perçois davantage leur rôle sécuritaire que répressif. La connaissance de leurs règles de fonctionnement et de leurs contraintes permet de mieux apprécier le contexte dans lequel ils évoluent et les pressions auxquelles ils doivent faire face.

Je tiens à remercier le capitaine K. pour la qualité de son enseignement et sa disponibilité.

Retour d’Expérience (RetEx)

Interview réalisée un mois après le séjour au CNEFG de Saint-Astier


Maintenant que les courbatures et les bleus sont un lointain souvenir, que retiendrez-vous de ce séjour ?

” Saint-Astier a été une expérience unique et enrichissante à tous les niveaux. Tout d’abord au niveau personnel, j’ai réussi à prendre le contrôle sur mes peurs, à les visualiser sans me laisser submerger. On peut dire que mon vertige et ma claustrophobie ne sont plus qu’une histoire ancienne. J’ai également pris conscience de l’importance du collectif et des difficultés d’organisation qui en découlent. Mais avant toute chose, ce stage m’a éclairée sur le niveau d’engagement qu’implique le métier de gendarme. Il faut, je pense, énormément de conviction et de courage pour accepter de se détacher de son individualité au profit du collectif et de son pays. Il faut aussi une très bonne maitrise de ses émotions pour toujours agir dans le respect des règles et l’intérêt de l’autre quelle que soit la situation. J’ai vécu une semaine intense au cours de laquelle j’ai dû me dépasser à la fois sur le plan physique, mais aussi sur le plan psychologique. Aussi aujourd’hui, je réalise que, ce qui fût pour moi une expérience riche, stressante et éreintante, reste très loin des réalités de ce métier. Enfin, je retiendrai la cohésion, les fous rires qui ont ponctué ce stage et qui ont assurément resserré les liens de notre promotion.”