Les 7 et 8 janvier 2016, la Promo 10 de l’EEIE est partie pour Bruxelles, à la rencontre des acteurs et institutions de la politique Européenne.

Le point fort de ce voyage est qu’il permet de “mieux comprendre la réalité de l’Europe d’aujourd’hui, vue par ceux qui la construisent”, explique Guillemette Yver, coordinatrice pédagogique. Ce voyage s’est de plus déroulé dans une ambiance excellente, “à l’image de ce que la Promo 10 donne depuis le début de l’année : bonne humeur, intérêt, implication, échanges très riches,” dit-elle. Les étudiants ont fait preuve d’une grande cohésion (notamment pour fêter l’anniversaire de Frédéric, ce qui l’a beaucoup touché !)

Quant à Emmanuel, étudiant, il explique que ce voyage à Bruxelles participe directement au renforcement de la cohésion et de l’esprit de promotion : “on vit ensemble autre chose que le quotidien des cours et missions !”

A la Commission, la présentation des institutions a fait évoluer la perception de chacun, notamment sur la question des cartels, des fusions, ou des abus de position dominante.  L’explication du fonctionnement du Parlement a aussi été un moment fort. Au Comité économique et social Européen, Stéphane Buffetaut, très apprécié, a su décrypter le fond des choses, faire comprendre ce qu’il y a derrière les institutions.

De ces rencontres, en revanche, il ressort “une forme de désenchantement sur le fonctionnement des institutions et leur réelle efficacité : certains acteurs se sentent coupés de la réalité, déconnectés des conséquences des décisions prises…”, déplore Emmanuel.

Il ajoute, à propos du lobbying :  “nous avons découvert la richesse du métier de lobbyiste, nécessaire et facilitateur, pour les entreprises, mais souvent perçu avec naïveté, réticence, suspicion. Natacha Clarac a redoré le blason du lobbying auprès des institutions européennes, et a montré ses liens avec l’IE, montrant aussi la pertinence d’insérer une cellule d’IE au sein de cabinets de lobbying.”

Enfin, parmi les points forts de ce voyage, pour lui : “les discussions entre élèves sont très riches, j’ai apprécié l’insouciance, l’esprit d’innovation, l’initiative et l’aptitude à la prise de risques de la jeunesse !”

Share Button